REGOMMAGE 2017 : 2 tramways nommés plaisir…

     A Wambrechies, petite bourgade nordiste ancrée le long de la Deûle, s’érigeait discrètement entre le fleuve et quelques arbres centenaires, une bâtisse enfermant de drôles de machines électriques venues d’un autre temps. Elles étaient jalousement gardées par un groupe de passionnés qui n’avaient qu’une idée en tête : faire revivre ces monstres ferroviaires.

      Ma foi, comme nous entretenions de bonnes relations avec deux d’entre eux, ces derniers nous invitèrent à découvrir leurs engins et, par là même, leur passion – qui, soit dit en passant, ne diffère pas tellement de la notre ! – pour ces merveilles électrifiées qui arpentaient les rues de nos cités jadis. Une sortie fût donc organisée à cet effet et comme l’année était déjà bien remplie, décision fut prise que ce serait la dernière sortie club, en fin d’année : le fameux regommage avant l’hibernation de nos déesses à quatre roues.

     C’est ainsi qu’après avoir découvert, il y a quelques temps déjà, deux magnifiques locomotives à vapeur, elles aussi bichonnées par une autre tribu de passionnés, nous avons fait connaissance avec, pourrait-on dire, deux de leurs petits cousins : les tramways. Nos deux hôtes étaient des modèles électriques, déjà bien plus récents et plus élaborés que les premiers tramways qui étaient tirés par des chevaux à la fin du 19ème siècle. De plus, et grâce à cette équipe de passionnés, ils étaient (et sont toujours) roulants. Une belle restauration, puis un entretien régulier et rigoureux, accompagnés d’une reconstruction de voie ferrée le long de la Deûle, ont permis ce retour à la vie.

     Bien entendu, le voyage ne peut guère dépasser quelques minutes, vu que la « ligne », restreinte, ne mesure que trois kilomètres en tout et pour tout. On doit donc se contenter d’un bref aller-retour au milieu des cyclistes et autres joggeurs locaux. Mais ne jetons surtout pas la pierre à nos machinistes en herbe : le travail accompli pour arriver à ce résultat est déjà énorme ! Et il nous permet de revivre un peu, aujourd’hui, ce qu’ont vécu nos aïeux, il y a quelques décennies.

     Nous avons commencé la journée par une balade au road book très pittoresque entre Halluin et Wambrechies, en passant par Linselles et Verlinghem où l’ARH a offert l’apéro . Un temps magnifique nous a accompagné tout au long de la journée. A midi, nous avons fait escale au restaurant « Tomate-Cerise » de Wambrechies. Un accueil très chaleureux et un repas qui a contenté tout le groupe. Faut dire qu’il était appétissant, copieux et délicieux… …Que demander de plus ? Et c’est l’après midi que nous avons rejoint l’antre des trams.

     Le voyage, bien que très court, ne fut pas d’un confort inoubliable. Ces vieilles guimbardes, bien que robustes et fiables, ne se déplacent qu’en tremblant et cahotant ça et là, le tout agrémenté d’un bruit incessant de frottements de ferraille et de bois. Mais c’est tant mieux car c’est exactement ce qu’on était venu chercher : du pittoresque, de l’aventure, du rétro, bref du dépaysement ! Et en cela, ce fut très réussi : d’abord, chacun de nous a pu embarquer dans les deux motrices, l’une après l’autre. Nous nous étions séparés en deux groupes, chacun à bord d’une machine et avons permuté au retour. Et nos hôtes avaient joué le jeu jusqu’au bout, arborant de magnifiques et véritables uniformes de machinistes.

     En marge de ce périple, nous avons eu droit également à un résumé historique des tramways mis à notre disposition, ainsi que de celui qui dormait tranquillement dans le hangar et ne sortait pas ce jour-là. Trois machines, donc, de la première moitié du 20ème siècle : un Mongy 420 (qui ne roulait pas), un Mongy 432 de 1926, et une motrice 74 venue de Neuchâtel, en suisse.

     Outre la visite virtuelle que je vous propose à chaque article de ce site, vous pouvez découvrir un peu plus encore l’univers de l’AMITRAM en vous rendant sur leur site Web : www.amitram.fr.

     Nous remercions très chaleureusement nos cinq compères machinistes de l’AMITRAM qui nous ont accueilli dans leur univers, tout le monde a apprécié leur disponibilité et leur humour. Une bien belle journée en somme qui s’est conclue pour chacun de nous avec quelques rides en plus aux coins des yeux, des gens qui sourient…      …Car il faut bien l’avouer : elle est franchement belle la vie…    …Avec l’ARH et l’AMITRAM, bien sûr !

 

Jean-Christophe GARCIA

 

Les premiers véhicules au rendez-vous…

 

Le retour, enfin, de la PL 17, qui s’était faite discrète depuis quelques temps…

 

Un nouveau venu s’est glissé dans la troupe…   …Bienvenu parmi nous, François.

 

Petit câlin du matin…

 

Les sorties ARH ?…        …Ca tourne rond !

 

 

Max en terre inconnue…

 

Il a l’air emballé, encore faudra t-il convaincre Jean-Phi d’échanger de véhicule…  …Et ça, c’est pas gagné !!!

 

Jolie brochette de fruits de la passion…

 

Premier arrêt, ferme du vinage et première question du road book : notre nouveau membre François B s’intègre parfaitement aux coutumes ARHiennes en jouant le jeu jusqu’au bout…

 

 

…Désolé, c’est vrai, elle est un peu trop récente, mais promis, un jour, elle deviendra, elle aussi, une ancienne !

 

 

 

…Deuxième arrêt : Verlinghem, fief de nos amis Monique et Jean D.

 

…Qu’Est-ce tu fais à ma roue, toi ?

 

 

La fière monture de notre nouveau membre…

 

 

 

Je peux vous dire qu’il était pas peu fier qu’on fasse escale dans sa ville…

 

 

…Bon, ça va : j’ai pas encore perdu mon pot !

 

 

Photo : Ania G

 

Changement de lieu pour l’apéro… On est toujours dans la belle cité de Verlinghem

 

On n’est pas bien, là ?

 

Si jeune et déjà fatigué !

 

…Avec modération, bien sûr !

 

…Petit panorama de notre pause apéro

 

 

 

 

 

Direction le resto…

 

 

…On avait le choix entre rôtisserie au Maroilles…

 

…Et Risotto au poulet

 

Et en dessert : tiramisu…

 

Bon appétit tout l’monde !

 

 

 

 

 

 

…Nos deux organisateurs du jour en plein travail. Merci à vous deux pour cette belle journée !

 

 

Les trois grâces…

 

…Et les trois gras ! (pour la petite histoire, c’est ainsi que je les ai nommé en prenant la photo, après qu’ils aient baptisés non sans humour gras, les trois dames photographiées juste avant…   …Les arroseurs arrosés, en somme !)

 

 

En voiture messieurs dames…

 

 

Et attention : tout le monde montre son ticket. Je ne veux aucun resquilleur !!!

 

 

 

Le Mongy 432…

 

Bienvenue à bord

 

 

…Ticket, s’il vous plait.

 

 

Le champ de vision du pilote…

 

…Et des passagers bienheureux !

 

 

 

 

…Notre machiniste chevronné et efficace…

 

Le 74, venu tout droit de Suisse…

 

Bienvenue à bord…

 

…Nous partagions le parcours avec les promeneurs locaux… Chapeau aux machinistes qui doivent mener leurs engins dans ces conditions pas toujours évidentes…

 

 

Retour au hangar…

 

Photo de famille

 

Nos trois mousquetaires de la ligne Pont Mabille (Marquette) – Ferme Saint Chrysole (Wambrechies).

 

Des voyageurs ravis !

 

Deuxième voyage pour fermer les barrières

 

 

Tiens, finalement, on a eu deux resquilleuses ? …Mais non, ce sont nos machinistes qui ont succombé aux charmes de ces demoiselles et les ont laissé monter…

 

 

Après le tram Mongy…   …La bière Mongy !

 

 

Tristes qu’il n’ai pu se joindre à nous, on a débarqué chez Laurent V avant de rentrer. Le pauvre était bloqué par un léger souci de santé…  Photo : Noémie V.

 

…Après une seconde de panique, nous voyant envahir la rue devant chez lui, Françoise, Noémie et lui, nous ont invité à prendre un verre… …Notre débarquement leur a manifestement fait grand plaisir !       Photo : Ania G.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.