CAP SUR GRAVELINES, la balade des corsaires du club…

     Les plus anciens se souviendront qu’il y a maintenant quelques années, un frêle esquif vit le jour au sein de l’atelier du club… Et ne faillit jamais voir le soleil, ayant eu quelques soucis pour en sortir une fois achevé ! Bref, on ne sait quel nom il eût et, après tout, peu importe vu qu’il ne vît jamais la mer ! Non, ce fut un navire doté de roues… Non pas à aubes mais à pneus Michelin, quelle drôle d’idée !!! Mais nos matelots du dimanche en étaient fiers, ça c’est sûr ! Ils l’ont même fait naviguer dans les rues d’Halluin… Quoi ? Impossible vous dîtes ? On voit bien que vous ne les connaissez pas : ils ont même fait pire en barrant un sous marin jaune sur les mêmes pavés !

     Tout ça serait resté un souvenir idyllique s’ils n’avaient pas eu connaissance, un matin, d’un groupe d’irréductibles qui voulaient battre leur record en construisant le vaisseau du fameux Corsaire Jean BART à l’échelle 1 et navigable sur mer réelle de surcroît. Ils fallait donc qu’ils en aient le coeur net !

     C’est ainsi que dimanche 6 mars 2016, nous avons mis le cap sur le nord, par les chemins de traverse, direction Gravelines. On a rejoint les bords de la mer du ch’nord… Et bin oui, je dois l’avouer, il existe bien un groupe d’irréductibles qui s’affairent depuis quelques années déjà à réaliser un authentique vaisseau de la période Louis XIV, dans les règles de l’art : un sacré chantier en perspective !!!

     Le départ s’est fait du port d’Halluin… (Oooh, ça va : ayez un peu d’imagination, que diable !) à 9h15 tapante et en oubliant un moussaillon ; bin oui, sinon ce serait pas drôle et j’aurai plus rien à raconter, moi ! Il s’agissait de notre ami Bernard DA et sa femme qui nous ont rattrapé à Deulémont où on avait fait une halte spécialement pour eux. La route, ensuite, s’est passée sans encombres, navigant entre France et Belgique pour éviter les voies maritimes rapides ; on n’est jamais pressé à l’ARH.
Une fois sur place, le chef des irréductibles, bien que n’ayant pas de bouclier pour se déplacer, nous a accueilli très chaleureusement et nous a fait visiter le site sans oublier de nous dévoiler tous les détails de cette entreprise, de façon tout à fait claire et instructive… Nous y avons appris notamment comment étaient « coulés » les canons et dans quel matériau, et l’origine de l’expression « branle bas de combat » entre autres. Quoi ? Que je vous explique là tout ceci ? Ah ça non : allez vous aussi sur place si cela vous intéresse !

     On a d’abord découvert la salle des maquettes qui regroupait des répliques de l’ossature du navire, le modèle réduit d’une fonderie de canons et la reproduction exacte d’un de ces fameux canons. On y a aussi découvert la figure de proue, sculptée dans le bois et représentant un dauphin bleu…

    Puis on s’est rendu de l’autre côté du chantier, à la scierie où nous avons découvert très fraîchement quoiqu’au soleil, les méthodes de coupe utilisées sur ce projet… Sans rentrer dans les détails, on n’y fait pas des allumettes, si vous voyez c’que j’veux dire !

     Puis on s’est intéressé enfin au navire lui-même. De quelques « gros » bouts de bois assemblés sans grand intérêt visuel, notre guide a su nous faire voyager dans ce navire, nous déplaçant entre les veaux, vaches cochons et caressant les pièces d’artillerie, allant même jusqu’à s’accrocher aux cordages en scrutant l’horizon pour défier le mal de mer ! On apercevait même la ligne de flottaison… Heureusement, la mer était calme…
Nous avons ensuite dîné dans la taverne de Jean BART (Mais il n’était hélas pas là !) : soupe de potiron et pâté en entrée, poulet à la bière et frites ou potchevleche et frites en plat, et assiette gourmande ou crêpes en dessert, le tout arrosé de jus de houblon ou de raisin fermenté… un régal !
Didier a reçu ensuite des mains du chef du chantier, pour le compte de notre club, une enclume de bois dans laquelle était planté à la verticale un clou forgé par le forgeron du chantier. Notre Picsou National a immortalisé notre passage en clouant au flanc de l’escalier du bâtiment notre plaque Rallye ARH, avec l’accord des irréductibles. Nous n’avons pas chanté de ballades de marins en se tenant les coudes mais l’ambiance était joyeuse.

    En sortant de la Taverne, nous avons repris nos vieilles guimbardes pour les aligner fièrement devant les côtes apparentes du Jean BART et prendre une photo de groupe. Puis nous avons remercié nos hôtes pour cet accueil chaleureux et réussi, puis sommes partis direction la plage, enfin pour certains seulement, les autres préférant prendre de suite la route du retour de suite.

     Arrivés en bord de mer, la jetée se dressait inexorablement devant nous : pas d’autre choix, donc, que de l’arpenter… Jusqu’au bout ! On a pu ainsi contempler l’estuaire, sur notre gauche, à marée basse pour nous dévoiler ses flancs pavés et drapés d’un manteau d’algues vertes. J’ai personnellement improvisé une courte séance de beach-walk (une pitteuse mais rigolote variante du moonwalk légendaire de Michaël JACKSON)… sur le sable humide de la plage longeant la jetée, et nous avons fait une photo de groupe tout au bout, fiers d’avoir réussi à atteindre cette extrémité. Notre ami Bernard DEB, qui avait pris un peu de retard pour faire quelques photos du paysage, nous a gratifié d’une foulée d’anthologie toute en grâce et finesse.

     Nous avons fini cette journée devant un chocolat chaud, une bière ou un café offerts par le club dans un bistro sur place et sommes rentrés au soleil couchant par des chemins plus rapides, à travers quelques nuages enneigeurs, les yeux pétillants et la tête pleine de rêves…

Jean-Christophe G

 

Embarcadère habituel, face à la mairie d'Halluin
Embarcadère habituel, face à la mairie d’Halluin
On se retrouve, on s'fait la bise... On est sur les starting blocks !
On se retrouve, on s’fait la bise… On est sur les starting blocks !

 

(photo Jean-Louis H)
(photo Jean-Louis H)

 

Enfin, je peux toucher la clownette !
Enfin, je peux toucher du doigt la clownette !

 

...

 

La relève est venue en force, ce coup-ci...
La relève est venue en force, ce coup-ci…

 

Un tandem inattendu.
Un tandem inattendu.

 

Nous naviguâmes par des chemins buccoliques...
Nous naviguâmes par des chemins bucoliques…

 

...

 

...

 

...

 

Balade en convoi réussie !
Balade en convoi réussie !

 

...

 

Le retardataire s'est bien rattrapé...
Le retardataire s’est bien rattrapé…

 

...

 

...

 

...

 

...

 

...

 

...

 

(photo Isabelle DEB)
(photo Isabelle DEB)

 

Voilà l'objet de notre excursion : enfin, sa maquette !
Voilà l’objet de notre excursion : enfin, sa maquette !

 

La forge du chantier...
La forge du chantier…

 

Notre guide : passionné, érudit, social... En un mot : parfait !
Notre guide : passionné, érudit, social… En un mot : parfait !

 

(photo Jean-Louis H)
(photo Jean-Louis H)

 

(photo Jean-Luc D)
(photo Jean-Luc D)

 

(photo Jean-Luc D)
(photo Jean-Luc D)

 

Pièce d'artillerie au canon long de 3m80... Il y en aura 80 sur le Jean BART.
Pièce d’artillerie au canon long de 3m80… Il y en aura 80 sur le Jean BART.

 

Première maquette de la coque... Pour une vue d'ensemble et déceler les incohérences.
Première maquette de la coque… Pour une vue d’ensemble et déceler les incohérences.

 

Deuxième maquette de la coque, plus fidèle au résultat final.
Deuxième maquette de la coque, plus fidèle au résultat final.

 

La figure de proue...
La figure de proue…

 

(photo Jean-Luc D)
(photo Jean-Luc D)

 

(photo Jean-Luc D)
(photo Jean-Luc D)

 

(photo Jean-Luc D)
(photo Jean-Luc D)

 

La quille...
La quille…

 

...

 

Didier pensif.
Didier pensif.

 

Le plus gros code barres de la région !
Le plus gros code barres de la région !

 

A l'abri dans les fumoirs
A l’abri dans les fumoirs.

 

...

 

...Une classe attentive !
…Une classe attentive !

 

La scierie...
La scierie…

 

(photo Jean-Luc D)
(photo Jean-Luc D)

 

(photo Jean-Luc D)
(photo Jean-Luc D)

 

(photo Jean-Luc D)
(photo Jean-Luc D)

 

Les gabarits
Les gabarits

 

...

 

Réunion chez les inuits !
Réunion chez les inuits !

 

Bienvenus à bord !
Bienvenus à bord !

 

(photo Jean-Luc D)
(photo Jean-Luc D)

 

(photo Jean-Luc D)
(photo Jean-Luc D)

 

...Le rétro n'est pas réglementaire : vite, une photo pour les preuves !
…Le rétro n’est pas réglementaire : vite, une photo pour les preuves !
..."Et là, vous êtes à l'étage des veaux, vaches, cochons..."
… »Et là, vous êtes à l’étage des veaux, vaches, cochons… »

 

...

 

...Alors, qu'en penses-tu chéri : on achète ?
…Un couple incertain !

 

Hop, trop tard ; j'ai caché mon verre !
Hop, trop tard ; j’ai caché mon verre !

 

Alors chéri, qu'en penses-tu : on achète ?
Alors chéri, qu’en penses-tu : on achète ?

 

...

 

(photo Jean-Luc D)
(photo Jean-Luc D)

 

(photo Jean-Louis H)
(photo Jean-Louis H)

 

A table !
A table !

 

...Merde ; il nous a vu !
…Merde ; il nous a vu !

 

A la tienne !
A la tienne !

 

...

 

...

 

...

 

...

 

...

 

...

 

...

 

...

 

...

 

Aah, non : pas de flash !!!
Aah, non : pas de flash !!!

 

...
…Moi, j’adore les flashes !

 

...
…Te retourne pas, mais je crois que le Président s’endort !

 

...

 

...

 

...

 

...

 

...
…Non, mais on va y arriver ; ya pas d’raisons !

 

La trace de notre passage...
La trace de notre passage…

 

(photo Jean-Louis H)
(photo Jean-Louis H)

 

(photo Jean-Louis H)
(photo Jean-Louis H)

 

(photo Jean-Louis H)
(photo Jean-Louis H)

 

...

 

(photo Jean-Luc D)
(photo Jean-Luc D)

 

...

 

...

 

...

 

...
…L’équipage au complet !

 

(photo Jean-Louis H)
(photo Jean-Louis H)

 

(photo Jean-Louis H)
(photo Jean-Louis H)

 

(photo Jean-Louis H)
Un paparazzi… (photo Jean-Louis H)

 

...

 

...

 

...

 

...

 

...

 

...Un paparazzi.
…Un autre paparazzi.

 

Isabelle DEB s'est rappelé ce tableau de Paul SIGNAC "Petit Port Philippe" en se baladant sur la jetée...
Isabelle DEB s’est rappelé ce tableau de Paul SIGNAC « Petit Port Philippe » en se baladant sur la jetée…

 

Balade sur la jetée...
Balade sur la jetée…

 

...Et sur le sable !
…Et sur le sable !

 

(photo Ania G)
(photo Ania G)

 

(photo Ania G)
(photo Ania G)

 

L'appel du large (photo Ania G)
L’appel du large (photo Ania G)

 

Petite foulée marsienne...
Petite foulée marsienne… (photo Ania G)

 

Cheeeese !
Cheeeese ! (photo Ania G)

 

La dreamteam !
La dream team ! (photo Ania G)

 

...

 

...

 

...

 

...Enfin au chaud !
…Enfin au chaud !

 

...

 

...

 

...

 

...

 

...
…Alors, elle est pas belle, la vie, avec l’ARH bien sûr !!!!

Merci à toutes et tous.

5 réponses sur “CAP SUR GRAVELINES, la balade des corsaires du club…”

  1. Effectivement, ce devait être une belle journée, il faudra qu’on l’organise pour ceux qui n’étaient pas dispo,

    ça donne envie

    Bravo, beau partage de la sortie « dégommage »

    Jean-Michel

  2. Merci aux organisateurs de cette belle journée . On a bien pris l’air et la voiture aussi après un hiver au garage ! Merci aussi au reporter pour l’article et les photos .
    Amitiés à tous
    Isabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.