• 06 61 86 72 32
  • autoretrohalluin.secretariat@gmail.com

Category ArchiveSORTIES

LES 50 ANS DE L’AMITRAM suite

Voici quelques photos supplémentaires de la journée anniversaire de l’AMITRAM. Je vous propose une visite virtuelle de l’atelier de MARQUETTE LEZ LILLE. Je suis désolé mais je n’étais présent que samedi et n’ai pas eu l’occasion de me rendre à WAMBRECHIES. Cela dit, je pense sincèrement que le plus intéressant était dans l’atelier… …A moins d’avoir envie de faire un tour en Tram !

Pour les indications sur chaque machine : navré mais je suis loin d’être un expert en la matière. Par contre, vous pouvez demander des détails à nos trois mousquetaires (Cécile, Ludo et Jean-Louis) qui se feront un réel plaisir, je n’en doute pas une seconde, d’éclairer vos lanternes sur ces monstres de bois et de métal…

Alors, elle est pas belle la visite virtuelle ?   …Avec l’ARH, bien sûr !

Jean-Christophe G

 

 

 

L’atelier dans toute sa longueur…

 

 

 

…Une passagère de l’époque qui a oublié de descendre !

 

…En voiture !

 

Même la presse était là…

 

…Un Tram en érection ?

 

 

 

Une sacrée collection…

 

La restauration à l’AMITRAM : c’est du sérieux !

 

HLM pour vis…

 

 

Au centre de la rame !

 

 

 

Attention : un tram peut en cacher un autre !

 

 

…Mais mamie : où elles sont les roues ?

 

 

Le bloc opératoire…

…Et la salle d’attente !

 

 

…Embouteillage ferroviaire !

 

Qui a réellement déjà goûté au DUBONNET ?

 

 

 

 

…Drôle de Tram !!!

 

La navette du jour…

3ème RASSEMBLEMENT LAURIE 2018

Une fois de plus le soleil était au rendez-vous pour le traditionnel Rassemblement Laurie. Une fois n’est pas coutume, notre ancien Président Didier n’était pas présent à l’entame de ce rassemblement, à la grande surprise des premiers arrivants… Mais que se passe t-il ? Aura-t-il eu un contretemps ? …Et bien oui : il avait donné rendez-vous à Bernard DAN pour bricoler sur son tout nouveau jouet. Une authentique RENAULT Dauphine qui’ espérons-le, viendra rapidement nous rendre visite dans nos prochaines sorties !

Finalement, ils nous ont rejoint un peu plus tard, tandis que presque tout le monde était arrivé… …Puis vers midi : direction l’ancien local pour certains, pour le déménagement vers le nouveau local. Une journée bien chargée, en somme !

 

Jean-Christophe G

 

 

…Deux gardes du corps pour une Peugeot : Serait-ce un modèle rare que cette 204 ?

 

 

 

 

Tiens, une remorque ! Y aurait-il un chantier de prévu ?

 

L’ORTF était là aussi… …Mais on n’a pas vu de caméra !

 

Les trois mousquetaires… …Attendant D’Artagnan !

 

 

DU CHOCOLAT DANS NOS PISTONS

Hou la la ! Pas d’inquiétudes : ce titre ne préfigure aucunement quelque encrassement de nos moteurs. La calamine n’a pas eu raison de nous et nous avons donc pu, sans problèmes, nous rendre à Herseaux, rue du Crétinier, hier dimanche, pour participer à la traditionnelle Fête du Chocolat… Aaah, je vous vois rassurés !

Nous partîmes donc à cinq, mais par un prompt renfort, nous nous vîmes une douzaine, face aux irréductibles hallidayistes, et en compagnie de nos amis du Rétro Club Hémois, de surcroît. J’ai enfin pu découvrir cet événement annuel dont j’entendais parler depuis longtemps. Autant vous dire qu’en embarquant à bord de la Traction ex-Présidentielle, je trépignais d’impatience d’arriver sur place…

J’avoue qu’une fois sur place, j’ai eu un peu peur de m’ennuyer… Le dispositif  était bien en place avec barrières, banderoles et podium, mais le public était inexistant et je n’apercevais pas l’ombre d’une fève de cacao. Quelle déception !!!

On a finalement posé nos guêtres  au bout du dispositif et avons savouré les chauds rayons du soleil belge, à défaut des animations. Mais la préparation du chocolat, ça demande du temps : les fèves de cacao doivent être d’abord broyées avant de les incorporer dans la préparation et il faut ensuite faire fondre lentement le tout, entre 28 et 32 degrés selon le type de chocolat désiré, en malaxant régulièrement ; et ce n’est qu’après cette opération que les moules peuvent être garnis, là aussi délicatement. C’est ainsi que la fête a pris de l’ampleur, petit à petit, ingrédient après ingrédient, attisant finalement la gourmandise des badauds qui prirent, les uns après les autres, leur place dans le dispositif, lorsque les moules de la musique, de l’expo d’autos et des boutiques éphémères furent bien en place.

Mon impatience aura eu, une fois encore, raison de moi : il me suffisais d’attendre plutôt que de trépigner et nous avons pu apprécier une organisation bien huilée à la saveur d’un bon chocolat noir, riche en fèves de festivités.

On a apprécié un couple de chanteurs, manifestement ultra fans du tôlier Johnny qui nous a quitté il y a peu, une performance qui, je dois dire, m’a scotché malgré mon goût limité pour ce chanteur. Leur prestation était parfaite.

La chocolaterie VALCKE, point d’orgue de la manifestation, mérite vraiment le détour ! D’extérieur, elle ne paie pas de mine, on la repèrerai même pas tant sa façade est banale, mais dès qu’on passe la porte, on découvre un couloir … Que dis-je un couloir : une véritable galerie marchande artisanale, décorée de multitudes de moules à œufs, cocottes et autres cloches de pâques et d’anciens appareils de chocolatiers, pétrins, brûleurs et autres fours à pains. Plus loin, un bar et un snack nous ouvrent les bras, un « atelier » tenu par un maître chocolatier qui nous explique rapidement la préparation du chocolat avec démonstration à l’appui, et sans oublier les quelques stands proposant les produits chocolatiers finis, à l’achat. Mais une fois cette galerie arpentée jusqu’au bout, l’exploration n’est pas terminée puisque la porte du fond nous invite dans un jardin improbable aux accents asiatiques et parsemé d’espaces fermés abritant des volatiles plus ou moins exotiques. Seul, un iguane reste impassible dans son enclos, exception qui fait la règle de cette volière artisanale…

En ressortant de ce « voyage » immobile, une parade de chars colorée et peuplée de créatures telles que personnages de Disney, sorcières, et autres créatures de la télé des années 80 a investi la rue. A l’ARH, on a l’habitude de créer des chars de parade mais ceux-là n’avaient rien à nous envier !

Ce défilé marquait la fin de la journée. Si les organisateurs et une partie du public restaient encore sur place, beaucoup ont pris le chemin du retour, nous y compris, après avoir fait le plein de chocolats, bien entendu. Et à ce titre, je dois remercier très chaleureusement Didier et Jean-Luc (notre Président) qui m’ont offert leurs tickets de 5€ cadeaux pour l’achat de chocolats. Je les ai ramenés à mes filles qui ont tout dévoré en environ 3 minutes, avant de me demander de remercier nos deux donateurs de leur part : donc un grand merci à vous, messieurs.

Pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’être parmi nous ce dimanche, je vous propose un replay virtuel à travers ces quelques photos ci-dessous, ainsi vous pourrez crier avec nous que, décidément, la vie est belle avec l’ARH !

Jean-Christophe G

…A l’arrivée.

 

 

 

Inspection minutieuse du cœur de la Rallye 2 !

 

 

L’atelier du chocolatier…

 

…Et le chocolatier en plein débat avec notre Président !

 

 

la matière première…

 

…Et les outils !

 

 

…Et un jardin – volière dans le fond.

 

Mais tous les animaux n’étaient pas réels !

 

 

 

Caméra… …De surveillance ? …Bin, elle est pas discrète !

 

…Barre chocolatée ?

 

 

Rassemblement autour d’une bonne bière !

 

 

…Ah, certains sont restés plus soft !

 

 

…Les gardiens de la volière.

 

 

 

 

 

 

Y avait vraiment tous types d’anciennes !!!

 

 

L’Etoile 6 présidentielle.

 

 

La parade…

 

Plus d’émission : plus de bloubiboulga !!! Ca lui fait un sacré régime, non ?

 

Les Miss du coin.

 

 

 

 

 

Ca drague sévère, à l’ARH !

 

 

…Et au RCH aussi !

 

 

 

 

…Heureusement que deux d’entre nous ont pensé aux casquettes !

 

VOL AU DESSUS D’UN NID DE CITRONS…

Je ne sais comment, peut-être était-ce le vent. Le vent du Nord j’entends !

Mais j’ai pris les airs, et j’ai plané un instant

J’ai volé au dessus d’un parc étrange et coloré.

Et de là-haut, bizarrement, les fleurs brillaient !

 

Mon corps approchant, des détails apparaissaient, transformant finalement

Ce parterre aux mille pétales en bouquet de métal.

Et mes fleurs, si brillantes au firmament,

Déployaient leurs ailes et des yeux globuleux !

 

Des autos, en fait, ornaient ce parc étrange aux mille couleurs,

Et, sur sa canopée, le bout des doigts en éveil,

J’effleurais la cime de ces merveilles,

Par mes pores, absorbant leurs saveurs.

 

Dans cet exil aérien, j’ai croisé des présidentielles, puis des ondulées

A l’œil unique, comme c’est rigolo !

Et puis un long cigare bleu

A évoqué l’océan à mon esprit divagant.

 

Puis, à l’approche de la Tour, celle de Gustave, j’entends,

J’ai investi l’univers du Bureau d’André

Parfumé d’un mélange subtil et rétro

De naphtaline et de cire à bois de chêne.

 

Un bourdonnement et venu me chatouiller l’oreille,

Une feuille volante a caressé mon flanc,

Un frelon vert aux chevrons argent

Et aux longues pâles assourdissantes.

 

Heureusement, Colette a chassé cette hurlante rencontre

Et j’ai trouvé refuge auprès d’une chenille globetrotteuse,

Qui m’a montré le désert et son rallye cherchant Dakar,

Un exigeant périple en plein cœur de l’Afrique.

 

Mais mon esprit divagant s’est perdu dans les méandres

D’un rêve filandreux qui cherchait son essence.

Et c’est un cygne majestueux, tout d’argent vêtu

Qui me ramena doucement à la réalité :

 

Ce voyage étrange, cette virtuelle visite

M’était offerte par un ami, Bernard,

Au travers de ses quelques photos :

Que la vie est belle, quand on côtoie l’Auto Rétro !

 

Jean-Christophe G

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PICSOU A FÊTÉ LES 50 ANS D’FR3 AMIENS…

Une journée passionnante en compagnie des journalistes de FR3 Picardie qui fêtaient les 50 ans de l’antenne d’Amiens.

A cette époque FR3 s’appelait ORTF et c’est sous cette appellation que mon break ID fut décoré pour l’occasion.
17 villes seront traversées en trois jours avec à chaque étape un “direct” a l’antenne d’FR3 ou un “Facebook Live” sur la page de FR3 Picardie.
Regarder la télévision par ce côté de la lorgnette est très instructif et amusant. Je me prends au jeu du petit boulot: tenir un projecteur qui éclaire les gens interviewés,
amener le câble de la caméra en quantité suffisante pour que le caméraman puisse avancer, ou le guider durant ses “marches arrières”. Bref je m’amuse comme un petit fou!!!
voici quelques photos de ce premier jour.
Jean-Luc D

Préparation de la DS

 

 

 

Même en bord de mer …

 

 

 

 

 

 

 

 

20.000 LIEUES SOUS HALLUIN : La petite sirène à la recherche de Némo…

      Il était une fois… Arielle, la petite sirène, qui revenait tout juste d’un long périple dans les Caraïbes. Elle se vit confier une bien étrange mission par son père Poséïdon. Un capitaine de renom venait de disparaître et nul ne savait où il pouvait être. On sait juste qu’il avait eu, un jour, maille à partir avec une pieuvre géante mais la légende dit qu’un de ses matelots avait finalement terrassé le céphalopode.

      Bien sûr, trop jeune et trop insouciante, elle n’avait encore jamais entendu parler de ce capitaine d’un autre temps, qui répondait au doux nom de Némo. Elle reprit donc la route avec sa toute nouvelle chevelure bleu azur (et oui : les temps changent!), direction les eaux du Nord, dernier endroit où avait été aperçu le Nautilus, le insubmersible de Némo qu’il ne quittait presque jamais.

       Elle nagea longtemps entre les côtes d’Islande, d’Irlande et d’Angleterre, contournant même l’île anglo-saxonne par l’Ecosse et flirtant avec le littoral norvégien. Beaucoup d’algues, quelques cétacés et deux ou trois bouteilles de coca, mais pas l’ombre du capitaine. Pourtant, c’est bien là qu’il devrait être, à moins que la mer l’ai définitivement avalé… Pourquoi pas ? C’est déjà arrivé à tant de marins et pas des moindres ! Cependant, elle n’abandonna pas, persuadée qu’elle allait le retrouver sain et sauf. Elle le sentait, puis elle ne voulait surtout pas décevoir son père.

      Après des semaines de recherches incessantes, elle prit la décision de descendre vers des lieux un peu plus cléments pour s’y reposer. Franchement, la région la plus propice à la détente, c’est la nôtre. Elle jeta donc son dévolu sur une petite bourgade du nord de la France, Halluin où une foule de citadins festoyait dans les rues.

      Ils admiraient un cortège d’aventuriers de toutes sortes, venus des quatre coins du globe, et défilant bruyamment. Amusée par ce spectacle si étranger à son univers aquatique, elle posa ses écailles sur un large rocher verdâtre bien placé au coeur du dispositif, elle n’allait rien rater de la fête, pensait-elle. Et comment ! Dès le départ du cortège, son rocher trembla et se mit à avancer ! Qu’était-ce donc que ce sortilège ? …En définitive, son rocher n’était autre qu’une Jeep Willys de la Seconde Guerre Mondiale. Et oui : comment aurait-elle pu le deviner ? Nous sommes loin de son milieu marin, là ; les voitures : elle connaît pas ! Elle s’accrocha donc comme elle put sur sa stèle mouvante, observant tout autour d’elle, effrayée par le bruit et les odeurs qui se dégageait de son caillou…

      Alors qu’elle scrutait les alentours, elle aperçut avec stupeur le nez menaçant d’un submersible juste derrière et se rapprochant dangereusement. Et si c’était le fameux Nautilus ? Dans ce cas, le capitaine Némo ne doit pas se trouver très loin ! Ouvrons l’oeil, pensa t-elle !

      Effectivement, dans une large barque juste devant elle, le capitaine Némo paradait le plus fièrement du monde, aux côtés de trois magnifiques sirènes aux longues jambes humaines… Auraient-elles aussi subi le sort d’Arielle qui, jadis, perdit ses écailles et sa queue contre une paire de jambes ? Heureusement, pour Arielle, cela ne dura qu’un temps !

      Furieuse de voir ce belâtre s’amuser ainsi alors que son père à elle était mort d’inquiétude de ne plus avoir de nouvelles, elle le poursuivit jusqu’à la nuit et fit tomber une pluie dense de petits cristaux de glace blancs et salés sur son véhicule. Une fois l’intrigant capturé, elle le ramena à son père. Celui-ci, peu rancunier et, ma foi, tiraillé par la faim qui commençait à se faire sentir, il organisa un banquet pour fêter le retour victorieux de sa fille chérie. Le capitaine ne fût pas trop châtié : il n’écopa que d’une mise à pieds temporaire et dut accepter d’épouser la petite sirène qui, depuis des lustres déjà ne rêvait que d’un mari humain…

      Bref, nous accompagnâmes Arielle dans son périple, nous les marins du navire ARH, disposant pour un instant seulement du pouvoir de contrôler ces cristaux de glace et les utiliser contre les halluinois et fûmes invités au banquet par Poseïdon, en remerciement d’avoir veillé sur son enfant. Et une fois de plus, un verre dans une main et une pizza dans l’autre, nous nous dîmes combien la vie est belle au sein de l’ARH…

Jean-Christophe G

 

Un nouveau chantier pour l’ARH.

 

L’ébauche du Nautilus…

 

…Il montre déjà ses dents !

 

Il prend des couleurs !…

 

…Pourra t-il prendre le large ?

 

 

Les rochers verdâtres !

 

Arielle…

 

…La petite sirène !

 

Deux sirènes gothiques…

 

…Oh mon bateau oh oh oh ! C’est lo plou bô des bateau !

 

Le Nautilus prêt à partir !

 

 

 

Oh, la belle bleue !

 

Il a succombé au chant des sirènes !…   …Ah, c’qu’ils sont faibles ces marins, tout de même !

 

 

Arielle a retrouvé le capitaine Némo !

 

Une autre sirène… …déguisée en marin !

 

 

 

On a pêché une sirène !

 

Bon, et maint’nant ? …J’en fais quoi ?

 

Cinq marins à l’abri de l’eau…

 

Après la pluie, l’arc en ciel.

 

 

 

On enlève les gouttes…

 

 

 

 

Arielle sur son rocher… …Verdâtre !

 

 

Le maire était de la partie…

 

 

 

 

Le capitaine Némo et ses sirènes…

 

Première averse…

Le maire a eu droit à sa part du gâteau !

 

 

 

Livraison à domicile !

 

Service canon !

 

 

…Le maître artificier !

 

La municipalité était présente…

 

…Nous aussi !!!

 

Si les dauphines s’en mêlent, alors !

 

 

Némo le bienheureux !

 

La pause bistro !

 

…C’est encore moi qui paie ?…     …Franch’ment, vous êtes pas drôles, les gars !

 

…Bon bin, j’peux boire aussi, alors !

 

 

 

Les dauphines aussi boivent ?

 

Et splash, c’est reparti !

 

 

 

 

La douche du soir…

 

…Le chaos !

 

…(Photo Bernard DEB)

 

Les paparazzi sont là !

 

 

 

…(photo Bernard DEB)

 

 

 

…Peine perdue, mon cher Bernard !

 

 

 

BALADE EXPO DE LAMBERSART : Une bien belle découverte !

     Bien sûr, c’est une municipalité et pas la plus pauvre de la Métropole Lilloise. Ils ont un budget autrement plus conséquent que celui d’une modeste Association telle que la notre. Et, je l’admet bien volontiers : ça aide beaucoup au succès ! Mais encore faut-il avoir envie de financer un tel événement à ce niveau-là et savoir utiliser intelligemment ce budget… (Bon d’accord, vous avez raison, si on l’avait on saurai correctement le mettre à profit…).

     Mais trêve  de palabres financières et techniques et parlons un peu de l’événement :

     C’était un beau matin ensoleillé, dire que j’ai failli, une fois de plus hésiter à venir ! Nous sommes arrivés avec Didier et Cécile sur le lieu d’accueil de la manifestation : les jardins du Colisée, à l’extrémité sud de Lambersart, là où la Deûle la sépare de la capitale des Flandres. Le soleil rasant nous chauffait déjà les mollets et le vrombissement des moteurs matinaux couvrait par moments le chants des oiseaux riverains. Nous admirions, un gobelet et une chocolatine dans les mains, les belles carrosseries qui s’offraient à nous. Cécile fondit par deux fois, d’abord pour une Fuego, puis pour une Renault 17… …Son cœur balance !

     Puis ce fut le départ pour la balade. Un faux road book en file indienne très agréable. Une boucle sympathique offrant une escale buvette à mi-parcours, tout près d’une péniche-musée posée le long du fleuve qu’elle devait arpenter, imagine-t-on, jadis. Un parking chaotique s’est improvisé autour du bar éphémère et une visite guidée du musée amphibie nous a été gracieusement organisée : un grand merci à nos quelques guides qui ont su se plier en quatre pour que chacun en profite…

     On a, ensuite, repris la route, direction Lambersart et on s’est octroyé un emplacement de choix sur la pelouse devant la Mairie. Un très joli parc fleuri où chacun a pu trouver sa place avec une longue extension sur la partie gauche, occupée par une expo vivante sur la nature. On a pu ainsi apprécier quelques stands de bricolage ou d’escala d’arbres ; le tout inauguré par le Maire de la ville, Marc-Philippe DAUBRESSE. Un apéritif offert par la Municipalité a attiré une foule compacte sur le parvis de la Mairie.

     Après cette collation collective, tout le monde s’est dirigé presque en même temps sur le stand culinaire, ce qui a provoqué instantanément une cohue maîtrisée et un coup de feu impressionnant pour nos restaurateurs du jour. Mais finalement, avec un brin d’humour et quelques grammes de patience, nous avons pu rejoindre les uns après les autres les tables dressées devant nos voitures et profiter de ce copieux repas (offert lui aussi, si si !) tant attendu.

     Bien sûr, chacun a fait son (voire ses) petit tour de la propriété pour contempler toutes ces belles mécaniques qui composaient ce musée de plein air éphémère. Heureusement, le beau temps était de la partie. Pour ceux d’entre vous qui auraient mal vu ou qui ne seraient pas venu du tout, voici une petite piqûre de rappel, non exhaustive, agrémentée de photos de famille…   …Et oui : il n’y a pas que nos anciennes dans la vie (je parle des voitures, vous l’aurez certainement compris !).

     Bref, une bien belle découverte, disais-je, en espérant en connaître d’autres comme celle-ci, à l’avenir. Alors, franchement, elle est pas belle la vie…  …Avec l’ARH, bien sûr !

 

Jean-Christophe GARCIA

 

Les autos écoles maint’nant, c’est plus c’que c’était !

 

 

…On l’a pas déjà vu kek part, lui ?

 

La Dolce Vita dans toute sa splendeur…

 

…Même en technicolor !

 

 

Ne parlez pas d’anciens membres… …Ils reviennent parmi nous en 2018 !

 

…Et leur tribu s’est agrandie : félicitations à vous deux !

 

…C’était l’heure du break…   …fast !

 

 

Pas de risques d’attentats…   …L’armée veille au grain !

 

Même la catégorie “poids lourds” était dignement représentées !

 

…Prêts pour le salaire de la peur ?

 

Petite séance de Charleston, histoire de se réchauffer…

 

La catégorie “Grand Luxe” était aussi de la partie !

 

 

 

 

Le rêve de la monitrice !

 

 

 

Didier, en bon Président, accueille ses ouailles !

 

.Prenons de la hauteur…

 

…Pour mieux apprécier l’ensemble !

 

…C’est l’heure du départ !

 

 

 

…Derniers détails avant la route…

 

 

 

…C’est bon : là, j’l’ai pourri sévère, l’Valentino des bacs à sable !!!

 

…Mais ! T’as des puces, toi !

 

 

Escale autour d’une péniche…

 

…Haute en couleurs !

 

 

 

 

 

 

…Parking improbable entre péniche et fleuve.

 

Visiblement, certains ont vraiment pris leur pied !

 

 

Départ pour le lieu d’exposition…

 

 

 

…Petit à petit chacun trouve sa place.

 

 

 

 

Notre ami Bruno en pleine action…

 

…Mais faut savoir partager, Bruno. Après tout, tu n’est pas le seul à vouloir prendre des photos…

 

 

 

 

 

 

La Dolce Vita à la française…

 

 

 

Un fauve la gueule ouverte !

 

 

 

 

 

 

Big boy toujours sur le pont !

 

 

L’apéro offert (aussi) par la Municipalité.

 

…A vot’ santé, messieurs !

 

…Tchin !

 

…Apparemment tout l’monde à eu son verre !

 

…Enfin, on va pouvoir déguster ce bon repas chaud, après une si longue attente à la friterie !

 

…Une tablée d’anthologie, non ?

 

 

 

 

 

 

 

…Hé, c’est marrant : la table a disparu, d’un coup !

 

Petite pause relax, les doigts d’pieds en éventail, histoire de bien digérer…

 

…Hè ! L’paparazzo, tu peux dire au nain que si il pose le moindre orteil sur ma déesse, je l’dégage façon Spoutnik !

 

C’est qui qu’t’as traité de nain, là ?

 

 

 

Les sentinelles…

 

 

 

Visiblement, nous n’étions pas les seuls à prendre du bon temps…

 

 

…Un mécano qui s’est endormi !

 

 

 

 

 

Retour au bercail…

FBM 2017 : aurait-on senti une baisse de régime ?

     Des rumeurs ont couru comme quoi il serait originaire des Etats Unis et qu’il serait passé par le Brésil pour être restauré avant de venir sur le Vieux Continent. Il aurait une valeur aujourd’hui d’environ 100 000 euros… C’est con : va falloir acheter un grand coffre fort, maintenant…

     Nous étions assez nombreux sur le week-end pour tenir le stand. L’ambiance était bonne malgré les va et viens incessants. Le public, par contre, n’a pas été franchement au rendez-vous. Les chiffres d’IDéale DS n’étaient pas aussi pessimistes que nous. Mais c’est une impression qu’on a eu : pas de cohue dans les allées. Le stand des dedeuches, à l’extérieur, était lui, par contre, très animé ! Beaucoup d’animation mécanique, intéressantes de surcroît, autour de ces petites citrons si appréciées.

     Sur le vélodrome, nombre de véhicules ont tourné, les amateurs de conduite penchée ont répondu présents… C’est vrai que certains d’entre eux ne viennent que pour ça et que si c’était supprimé un jour, l’IDéale DS, organisatrice de l’événement, aurait sûrement plus de mal alors à attirer les collectionneurs.

     Ce fut tout de même un beau festival. Les modèles présentés étaient pour la plupart de toute beauté. Peut-être, a-t-on pensé, qu’il aurait fallu créer un espace expo voitures sur la pelouse, à l’extérieur et visible depuis les rues entourant le stade. Ainsi peut-être plus de monde aurait franchi le pas et contribué à un succès plus franc… Après tout, il faut faire le maximum pour attirer le public, car sans lui, aucun événement digne de ce nom ne peut survivre.

     Mais que la vie est belle…    …Avec l’ARH et l’IDéale DS, bien sûr !

Jean-Christophe GARCIA

Le fameux Combi lingot… …A 100 000 euros !

 

 

L’intérieur du lingot…

 

 

Notre stand ARH, dans toute se beauté !

 

La monture d’un baroudeur bien connu au FBM…

 

 

 

Une pétrolette qui a vraiment la côte de nos jours… …Et c’est rien de le dire, quand on voit les prix à la revente !!!

 

 

Un engin passe-partout qui a bien failli faire flancher le cœur de Picsou 4…

 

…Ah bin là, c’est moi qui fond complètement… La seule Porsche que j’aime !

 

 

…Targa rdé si y avait d’l’essence ?

 

Que du beau, j’vous dis !… Hein ?… …Ah non : elles viennent pas de chez RENEL, non !

 

 

La dernière née de chez Huvelle.

 

Ooooh ! Un hot rod !!!

 

 

 

 

…Bin ! …Les bateaux ont bien leur canot de sauvetage !!!

 

Mad Max 2 : le retour du Hot Rod !

 

Atelier mécanique…

 

…Tu vois Jean-Louis : ceci est un portable…

 

…La pause soda !

 

…Désolé, cet aprèm, j’ai piscine !

 

 

…La “grunge” mob !

 

 

 

 

Le resto va ouvrir…

 

…Premier client.

 

…Le chef cuistot en pleine réflexion : qui est arrivé en premier ? La saucisse ou la baguette ?

 

…J’crois qu’c’est la poule !!!

 

ESPLANADE DE LILLE : 11 juin 2017

Bien des choses, et parfois même contradictoires, on été dites à propos de l’expo mensuelle de l’esplanade de Lille : qu’elle devait disparaître en 2017, ou qu’elle serait déplacée, et j’ai même entendu qu’elle serait maintenue mais qu’on devrait payer l’entrée du parking (récemment rénové) pour y exposer nos anciennes !

Finalement, elle est maintenue dans les mêmes conditions qu’avant et au même endroit… Tout du moins pour l’instant !

Nous y étions donc allé faire un tour le 11 juin dernier, avec Didier, et nous avons pu constater qu’effectivement rien n’avait changé, à part la physionomie du parking et que nos nordistes passionnés n’ont manifestement pas déserté l’événement… Bien au contraire !

La journée fut agréable, nous avons rencontré beaucoup de monde et, surtout, peut-être du fait que je n’y étais pas revenu depuis longtemps, on a pu apprécier de nombreuses “nouvelles” autos que nous n’avions pas encore croisés jusque là.

Comme vous n’étiez pas tous là, voici quelques images de cette journée… Bon, arrivant un peu tard dans la saison, je m’en excuse, j’avoue avoir un peu levé le pied cet été, mais je viens de faire une cure de désintoxication (à la procrastination !) et promis je rattrape tout ce retard rapidement.

Donc bonne balade virtuelle et à très bientôt !

Jean-Christophe G

 

Niko avait mis sa plus belle robe, ce jour-là !

 

Elle paraît isolée mais ce n’était que le début de la journée…

 

…Tiens, on vient faire concurrence à Niko ?… C’est pas cool… Flo !        …Ouais bon : vanne pourrie, je sais, mais je sors de cure, là !

 

Une Méhari 4X4… Une vraie ! …Mmmh, j’ai des envies d’Safari, moi !

 

…Belle brochette d’allemandes !

 

 

 

Hep, taxi !

 

 

Il est resté un peu trop longtemps au soleil, celui-là !

 

– Aïe !
– 2 ch’vaux rouge, sans retouche !

 

 

…Une 408 ?

 

ALFA ROMEO Montréal : spéciale dédicace pour Corinne !

 

Et un 69 en Mini…    …Ou nu Mini 69, comme vous préférez !

 

…Total look de plage !

 

 

 

 

 

 

La belle américaine…

 

 

 

 

 

…Bon là, troisième véhicule bleu… …Ils ont manifestement eu une promo chez Leroy Merlin !

 

 

 

Encore quelques douceurs pour Corinne…

 

 

 

…D’après vous, il appréciait la cavalière ou sa monture ?

 

…Un Yellow Cab écolo ?

 

 

Mini Cab… …J’adore !

 

…Vous trouvez pas que les rayures ça donne une impression de vitesse ?

 

…L’arroseur arrosé.

 

 

 

A bientôt, et n’oubliez pas de laisser un commentaire, merci.

AG 2017 DU CLUB 205 NATIONAL, le club d’une ado de collection…

Oui, c’est vrai : je suis né bien avant elle ! Je l’ai vue naître et grandir. Alors quand la dernière génération de passionnés de véhicules anciens à investi l’ARH au volant de cette petite star, j’avoue, j’ai bien rigolé : quoi ? Ça ? Une voiture ancienne ? Laisse-moi rire ! Mais c’est encore une adolescente !!!

Mouais… …La vérité, en fait, c’est que la première a déjà plus de 30 ans, plus une ado, donc ! Et moi, je me rend compte, finalement, que je ne suis plus un ado non plus, et, vu mon âge, je ferai même une excellente voiture de collection aussi !!! …Ça s’appelle prendre un gros coup d’vieux dans les dents, et pis c’est tout !!!

De nos deux collectionneurs adolescents, Johann est, de surcroît, le secrétaire national du Club 205. Aussi, quand il nous a annoncé qu’il avait pour mission d’organiser l’AG 2017 de son asso, ici dans le Nord, on lui a tout naturellement proposé de nous charger de la logistique de l’Assemblée et d’une partie de leur séjour, ce qu’il a accepté rapidement, mais il a eu du mal a comprendre notre altruisme, voulant absolument minimiser notre charge de travail et récompenser notre engagement… Mais mon cher Johann, je te l’ai dis déjà dix fois : on a fait ça pour toi. Ça nous a fait sincèrement plaisir de t’aider et tu aurais eu bien du mal à tout gérer tout seul… Les clubs, c’est fait pour ça ! Organiser des événements ensemble, quels qu’ils soient, et prendre du bon temps entre amis…

Johann a donc choisi le grand week-end de l’ascension pour recevoir les membres de son club, venus d’un peu partout en France, avec une balade en vieux tramway, chez nos amis de l’Amitram le jeudi, une visite du Vieux Lille sous forme de jeu de piste le vendredi après-midi et l’AG à Halluin, à l’ancienne gendarmerie à partir de 18h30, puis un repas avec l’ARH au restaurant routier le” Mille Pattes” ; le samedi,  la visite du Musée de la Gaufre à Houplines, un road book et un buffet plancha au Steenmeulen de Terdeghem (avec des noms pareils, s’ils ont pas été dépaysés nos 205istes…) et un repas le soir au “Loft 122” de Roubaix. Le dimanche matin, encore une petite balade jusqu’à l’esplanade de Lille et chacun retournera dans sa région. C’était un beau programme : bravo Johann.

De l’ARH, nous n’étions pas nombreux présents à l’Amitram, le jeudi. D’ailleurs je n’y étais pas personnellement, je ne pourrai donc pas trop vous en parler. J’ai juste entendu dire que ça s’était très bien passé et que, malgré la location d’un seul tramway, les membres de l’Amitram ont mis gracieusement à leur disposition un second engin. Je pense ne pas trop m’avancer en leur adressant un grand merci au nom du club 205.

Pour le jeu de piste non plus, nous n’étions pas avec eux. L’épreuve leur était réservée, c’est normal. Pour avoir discuté avec certains des participants, je peux dire qu’ils ont dans l’ensemble apprécié et ont été agréablement surpris par la beauté de Lille. Par contre certains ont un peu souffert de la chaleur… …Des sudistes qui se plaignent de la chaleur du climat lillois ? Mais où va t-on, j’vous jure ! Pendant ce temps, nous étions quelques uns de l’ARH à préparer la salle et la réception de nos “invités”, dans l’ancienne gendarmerie d’Halluin. Bernadette et Christian se sont occupé, comme d’habitude, de la préparation des toasts, navettes et autres amuse-gueule pour l’apéro programmé en fin d’AG, et nous autres avons configuré la salle en mode réunion, avec écran de projection et micro HF. Vers 18h30, nous avons accueillis les 205 sur le parking de la Mairie où la municipalité nous avait réservé une zone pour faciliter le stationnement de nos voitures. Nous les en remercions très chaleureusement, d’autant que nous n’avions pas formulé de demande officielle en ce sens. Et merci également à Ludovic qui a, une fois de plus, pris en charge tout seul le nettoyage de la salle.

Mr Patrick SPLETE, adjoint aux fêtes, à l’animation, et à la vie des quartiers et Frédéric CHRZANOWSKI, conseiller municipal, nous ont fait l’honneur de leur présence à la fois à l’Assemblée Générale du club 205 et à l’apéro que nous avons servi dans la cour du bâtiment ensuite. Un grand merci, messieurs, pour l’intérêt que vous portez à notre association.

Nous sommes partis ensuite en convoi ARH/club 205  jusqu’au restaurant le “Mille Pattes” où nous étions attendus. L’accueil et le service ont été de grande qualité et l’ensemble du groupe a apprécié le moment. Le personnel du “Mille Pattes” a été efficace et très agréable avec nous : un grand merci, donc, à eux pour cette prestation sans faille qui les a contrainte à fermer une heure plus tard que prévu !

Le samedi matin, nous nous sommes retrouvés sur le parking du Carrefour Contact d’Houplines, en face du musée de la gaufre. Un petit établissement destiné principalement à la vente de gaufres artisanales et autres produits régionaux, mais incluant un petit espace musée où le propriétaire des lieux nous a raconté l’histoire rapide de la gaufre dans la région, des différentes spécialités et des modes de préparation : visite rapide mais très intéressante avec dégustation à la clé… Que demander de plus ? Merci à notre hôte pour ce voyage gourmand.

Puis les membres du club 205 se sont retrouvés entre eux pour un road book dans le coin qui les mènerait au “Steenmeulen” (moulin en briques) de Terdeghem. Nous, membres ARH, étions déjà sur place pour préparer la plancha et commencer la cuisson des saucisses et steaks hachés. Mais dès le début de la cuisson, une grosse averse a inondé le site, nous contraignant à nous mettre à l’abri. Heureusement, cela n’a duré que quelques minutes et nous avons pu rapidement reprendre la cuisson dans de bonnes conditions. Personne n’a mangé dehors, tous préférant rester à l’abri dans la grande salle du musée qui servait également de salle de restaurant. Chacun est donc sorti assiette ou morceau de pain en main pour venir chercher saucisses et steaks à la plancha. Le service, bien qu’un peu long, s’est passé sans difficultés et tout le monde à pu manger à sa faim. Etant préposé à la plancha, je tiens à remercier les membres présents et nos hôtes de s’être souciés de mon confort en m’apportant soutien et boissons offertes tout au long du service, ils se reconnaîtront. J’ai beaucoup apprécié le geste.

Puis nous avons visité, en deux groupes, le fameux moulin, sur trois niveaux : édifice impressionnant et magnifique qui a su traverser le temps depuis sa création. Un voyage dans le temps, fort instructif ! Les photos ci-dessous parleront mieux que moi !

Le soir, les volontaires se sont retrouvés au “Loft 122” de Roubaix. Mais je n’y étais pas. Et oui, deux adolescentes (des vraies, celles-là) m’attendaient, seules, à la maison. Etant parti tôt le matin, je ne voulais pas, en plus, les laisser seules le soir… Mais, visiblement, tout s’est bien passé au restaurant.

Le lendemain, nos désormais amis du club 205 ont repris la route vers leurs régions respectives, j’en profite pour les remercier de leur gentillesse et leur bonne humeur durant ces trois jours, et peut-être…  …Je dis bien, peut-être, pouvons-nous imaginer qu’ils se sont dit en rentrant que la vie était belle… Avec l’ARH, bien sûr !

En tout cas, je finirai par ceci : que ce week-end était beau…  …Avec le club 205, bien sûr !!!

Jean-Christophe

 

On jurerait qu’ils ont fait ça toute leur vie !

 

1… 1,2… 1… 1,2… Ba ba beu bi bo bu…
…C’est bon : ça marche !

 

Tout doucement, le parking se remplit…

 

Une brochette d’adolescentes…

 

 

 

Photo de famille devant l’ancienne gendarmerie…

 

Et hop : nos deux familles réunies !

 

 

La séance est ouverte !

 

 

 

Notre président souhaite officiellement la bienvenue à nos amis peugeotistes.

 

 

 

 

 

Frédéric CHRZANOWSKI, conseiller municipal, nous a fait l’honneur de sa présence, rapidement rejoint par Patrick SPLETE, adjoint aux fêtes, à l’animation et à la vie des quartiers

 

15 Peugeot 205 réunies sur le parking…  …Un sacré numéro !

 

 

 

 

Pendant ce temps, l’ARH fait le plein !

 

 

 

 

L’éternelle séance des votes…

 

 

 

Présence bienveillante de la municipalité

 

Photo du nouveau Conseil d’Administration du club 205 avec M. SPLETE et M. CHRZANOWSKI, représentants de la mairie d’Halluin et notre Président Didier COSAERT.

 

Le bar est ouvert…   …Mais Jean-Phi démarre mal !

 

 

 

 

 

 

 

 

Ouf, Jean-Phi a retrouvé ses esprits !

 

…Par contre, c’est à mon tour de déraper !

 

 

 

 

 

…Un artisan boulanger qui apprécie vos navettes ? C’est une belle réussite pour vous, Bernadette et Christian !

 

 

 

 

 

 

 

Le nouveau CA du Club 205 annonce la composition du nouveau Bureau…

 

 

 

 

 

 

 

 

…Merci à Ludo qui, dans l’ombre, nettoie derrière nous !

 

Fin de séance…

 

Un rapprochement ARH / Club 205 ?

 

 

Notre président conduit le convoi vers le 1000 pattes…

 

Une

 

deux

 

trois

 

Quatre

 

cinq

 

six

 

sept

 

huit

 

neuf

 

dix

 

onze

 

douze

 

treize

 

quatorze… …Tiens, j’ai du en raté une !

 

Les 205 aussi ça tombe en panne ?

 

Ah non, ouf, c’était juste une ampoule !

 

Re-photo de familles avant un repas bien mérité…

 

 

…Manifestement, l’ambiance était bonne !

 

 

 

Un citroëniste et un peugeotiste font leur coming out ? …Décidément, on aura tout vu à l’ARH !!!

 

Bon appétit !

 

 

Arrivée à Houplines, pour un entretien avec un artisan gourmand…

 

Je suis vraiment désolé, Corinne et Jean-Luc, mais ce sont des Peugeotistes… Vous n’aviez vraiment aucune chance !!!

 

La promesse d’un délice…

 

…Qu’Est-ce que je vous disais !

 

La trousse à outils de l’artisan gaufrier…

 

Le garage de l’artisan gaufrier…

 

Le musée du Steenmeulen…

 

…Un désordre bien maîtrisé !

 

 

 

Le premier moulin à vent… …Celui-ci est une réplique fidèle mais inachevée pour le moment ! Le vent s’engouffre dans le passage vertical et fait tourner une hélice qui n’est pas encore montée ici…  …Origine perse.

 

Le Steenmeulen.

 

Mise en route de la plancha…

 

 

…Même la Méhari a pu se désaltérer !

 

 

Votre serviteur au fourneau… Hein ?… Mais non, j’suis pas puni : j’étais volontaire !

 

 

Jean-Luc m’a gentiment remplacé pour les photos…

 

…Vous ne trouvez pas qu’il pourrait jouer dans un Biopic sur Valéry Giscard d’Estaing ?

 

 

 

 

 

Prenons de la hauteur…  …Sur le moulin.

 

l’antre de la bête !

 

 

 

La fin du musée